Skip to main content
Read page text

4

SOMMAIRE

En couverture : JCVD, UNE HISTOIRE BELGE

60

Grand entretien : « Si je viens à mourir, qui sera le prochain Van Damme ? » Il y a quelques mois, l’information s’est répandue comme une traînée de poudre : JCVD aurait pris sa retraite. Il n’en est rien, évidemment. L’acteur tout-terrain, bientôt 62 ans, amorce son virage sexagénaire en se réinventant, avec deux projets de comédies. Exit la baston, welcome back l’introspection ?

70

L’enfance : le chouchou de Bruxelles Dans les années 70, Bruxelles voit grandir sa future plus grande star. Van Damme est encore Jean-Claude Van Varenbergh. À 10 ans, il est chétif, raide et myope. À 11 ans, il démarre le karaté. Après ça, tout va changer.

78

La consécration : Bloodsport Il n’y croyait plus… jusqu’à ce que le producteur Menahem Golan lui fasse l'aumône d’un scénario. Son titre : Bloodsport. Voici comment une petite série B tournée à Hong Kong a fait du karaté kid de Bruxelles une vraie star.

84

Top 5 90’s : les années folles

86

La rédemption : JCVD, « le film » Au milieu des années 2000, la carrière de Van Damme touche le fond. Une proposition va tout changer : celle de jouer son propre rôle dans un invraisemblable film de braquage. Récit d’un tournage les nerfs à vif.

74

Les débuts : la rage du tigre rouge Lorsqu’il arrive à Los Angeles au début des années 80, il n’a rien : ni endroit pour dormir, ni personne à contacter, presque pas d’argent et un anglais balbutiant. Pendant six ans, JCVD reste bloqué en salle d’attente. Et celle de L.A. n’est pas la plus agréable de la planète.

92

JCVD vu par Manu Lanzi (cascadeur) et Bérénice Montagné (danseuse classique)

My Bookmarks


    Skip to main content