Skip to main content
Read page text

MARS 2024 – LE MONDE diplomatique | 28

Un silence arabe

Par akram Belkaïd

« LEs Arabes se sont entendus pour ne jamais s’entendre. » De Rabat à Mascate en passant par Le Caire, Amman ou Doha, tous connaissent le célèbre adage attribué au penseur Ibn Khaldoun (1332-1406) et souvent cité pour déplorer les riva- lités, divisions ou conflits qui ont émaillé l’histoire du Maghreb et du Proche-Orient depuis le milieu du XXe siècle. Mais l’intervention militaire israélienne à Gaza invalide la maxime, tant cette fois les vingt-deux pays de la Ligue arabe s’accordent pour ne surtout rien faire. Chaque réunion « urgente » de l’instance entérine son inaction, malgré quelques tirades grandi- loquentes, en dépit d’un communiqué final pontifiant. On les imagine trop bien : autour d’une grande table ronde, excellences et ventripotences, maréchaux-pré- sidents, anciens factieux devenus honorables, mâles trop bien ou très mal élus qui devisent d’un air grave avant de rejeter l’argument israélien de « légitime défense » tout en exigeant, cela va de soi, « l’arrêt immédiat » des combats (11 novembre 2023).

Et quoi d’autre ? La perspective d’une riposte militaire ? Un appel à des sanctions internationales contre Israël comparables à celles infligées à la Russie après son invasion de l’Ukraine ? Une remise en cause radicale du processus de normalisation avec, pourquoi pas, une rupture des relations diplomatiques ? Une réduction des investissements des fonds souverains du Golfe aux États-Unis afin que cessent les livraisons de bombes et de munitions aux Israéliens ? Un embargo pétrolier comme en 1973 après la guerre du Kippour ? Lâ chay, rien de tout cela ! Si ce n’est un vague appui à la saisine sud-africaine de la Cour internationale de justice pour empêcher l’armée israélienne de commettre un génocide à Gaza.

La tendance à la dérobade n’est pas une franche nouveauté. En 2018, la Ligue arabe avait convenu d’élaborer, toujours dans l’urgence et après moult brassages d’air, un « plan stratégique » pour contrer la décision de l’administration du président Donald Trump de transférer l’ambassade américaine de TelAviv à Jérusalem. Wallah, par Dieu, on allait voir ce que l’on allait voir ! Six ans plus tard, on reste sans nouvelle de ce plan…

Le bilan de l’offensive d’Israël dépasserait désormais les trente mille morts à Gaza sans compter les disparus et les blessés ; la perspective d’une expulsion d’une partie de la population de l’enclave vers le Sinaï se concrétise. Comment expliquer pareille passivité ? Peut-être d’abord par la faiblesse des capacités militaires. Aucune capitale arabe ne souhaite une confrontation armée avec un adversaire dont elles ont intériorisé la supériorité – liée à l’appui des États-Unis –, quelles que soient les fariboles proférées sur la démocratie israélienne entourée de dictatures qui rêvent de l’agresser.

Même le Hezbollah, entité puissante qui dicte sa loi à l’État libanais, demeure sur la réserve, et pré-

fère s’en tenir à un conflit de basse intensité malgré les provocations quotidiennes de Tel-Avi v. Longtemps, la Syrie et l’Égypte ont joué le rôle de puissances régionales capables de contrarier la volonté d’Israël de modifier le statut et les conditions de vie des Palestiniens. Minée par plus d’une décennie de guerre civile, la première subit la présence de plusieurs armées étrangères – américaine, iranienne, russe et turque – et, sans guère répliquer, les bombardements israéliens qui visent les installations militaires du Hezbollah ou des pasdarans (gardiens de la révolution). Quant à la seconde, il y a bien longtemps que les stratèges de Tel-Aviv ne lui appliquent plus le qualificatif de « front sud ». Certes, relève le chercheur Tewfik Aclimandos, l’armée égyptienne « considère toujours Israël comme un ennemi » mais estime dans le même temps que « la paix est une manière de mieux lutter contre cet ennemi – ou de se prémunir contre lui » (1). La meilleure façon de tenir tête à cet adversaire consisterait, autrement dit, à éviter de lui chercher querelle…

Au cours des dernières semaines, le président Abdel Fattah Al-Sissi a bien multiplié les mises en garde contre les conséquences d’une éventuelle déportation des Gazaouis vers le nord du Sinaï. Cette fermeté s’explique surtout par la hantise d’avoir à gérer des dizaines de milliers de réfugiés. En leur sein, forcément, se formeront des forces armées désireuses d’en découdre avec Israël. Dans un contexte d’instabilité de la péninsule du fait de la présence de groupes armés liés à l’Organisation de l’État islamique (OEI) (lire l’article de Jean Michel Morel page 10) et de l’irrédentisme de tribus bédouines qui dénoncent leur relégation et des discriminations. Pour autant, rien ne dit que l’Égypte ne finira pas par accepter d’abriter les réfugiés de Gaza dans une zone tampon. Il suffirait sans doute que les États-Unis et l’Union européenne fassent preuve de générosité financière à l’égard d’un pays qui ploie sous le fardeau d’une dette extérieure de 165 milliards de dollars (dont 43 milliards à rembourser cette année). Le Caire, à qui il manque au moins 20 milliards de dollars pour faire face à ses engagements, n’en finit pas de négocier avec le Fonds monétaire international (FMI). Lequel, grande surprise, exige une dévaluation de la livre égyptienne et des privatisations pour délier les cordons de sa bourse. Un accueil des Gazaouis expulsés pourrait inciter le grand argentier à faire preuve d’un peu plus de clémence.

Le bouleversement de l’équilibre des forces au sein de la grande famille arabe explique aussi son inertie. Depuis le milieu des années 2000, l’Arabie saoudite et les Émirats arabes unis (EAU) font

COLLECTIF HAWA F. – « Sahab, le musée des nuages », de l’exposition « Ce que la Palestine apporte au monde »,

Institut du monde arabe, Paris, 2023

figure de grands patrons et édictent leur loi. Le temps où l’Algérie, l’Irak, la Syrie et le Yémen constituaient un front du refus qui imposait ses vues à leurs pairs est définitivement révolu. Les EAU n’ont pas hésité à condamner l’attaque du Hamas du 7 octobre. Petit pays, faiblement peuplé (les citoyens émiratis seraient moins de cinq cent mille) mais extrêmement riche, les Émirats assument une ambition guerrière dans la région qui passe par une proximité stratégique avec Israël (2). Il n’est pas question pour eux de remettre en cause les accords Abraham conclus en 2020 sous l’égide des États-Unis. Abou Dhabi voit l’alliance militaire et économique avec Tel-Aviv – dont il est le premier partenaire régional – comme la garantie de faire pièce à l’expansionnisme iranien, alors que la pérennité de l’engagement américain dans la zone devient plus incertaine. C’est aussi l’assurance d’avoir le champ libre au Yémen et dans la Corne de l’Afrique pour y élargir son influence, fût-ce au détriment des populations locales. Car pour les Émirats comme pour le Maroc, lui aussi signataire, les accords Abraham garantissent l’immunité. Normaliser ses relations avec Israël, c’est obtenir l’indulgence de l’Occident vis-à-vis du non-respect des libertés individuelles et des droits politiques. C’est aussi bénéficier du soutien des lobbys pro-israéliens au Congrès américain.

UNE réalité qui n’échappe pas à M. Moham- med Ben Salman (« MBS »), le puissant prince héritier et premier ministre saoudien. Bien sûr, le futur souverain se doit de ménager ses trente-sept millions de concitoyens. Il affirme donc régulière- ment qu’aucune normalisation officielle n’inter- viendra sans la création d’un État palestinien. Mais Riyad demeure très mesuré dans sa réprobation de la guerre israélienne contre Gaza car « MBS » tire déjà profit du rapprochement officieux enclenché entre son pays et Israël depuis au moins dix ans. « C’est un leader visionnaire (…) qui a fait beau- coup de choses qui ont rendu le monde meilleur », disait encore récemment de lui M. Jared Kushner, le gendre et ancien haut conseiller de M. Trump (3). Les proches du journaliste Jamal Khashoggi, assas- siné et dépecé dans le consulat saoudien d’Istanbul en octobre 2018 par des sicaires venus de Riyad, apprécieront l’éloge.

Et qu’en pensent les populations, souvent désignées par l’expression essentialiste de « rue arabe » ? Au sujet de la Palestine comme des affaires de politique intérieure, elles n’ont guère leur mot à dire. Qu’il s’agisse de pays engagés dans la normalisation ou non, les manifestations de solidarité sont interdites ou très encadrées, dans le contexte répressif de l’après-« printemps arabe ». Toujours surveillées de près pour éviter les débordements, elles semblent dérisoires quand on les compare aux rassemblements de foules indignées qui battent le goudron à Londres, New York, Ankara ou Djakarta.

Reste Internet, dont l’anonymat permet d’exprimer une solidarité sans faille avec Gaza. La Toile apparaît certainement comme l’espace où le sentiment propalestinien s’exprime le plus. Mais sur les réseaux sociaux circulent aussi les argumentaires diffusés par les régimes pour justifier leur passivité. En Arabie saoudite, des imams font appel à des références coraniques pour expliquer que la Palestine est aussi la terre des Juifs ou pour attribuer au Hamas, et aux Frères musulmans, l’entière responsabilité du drame actuel. D’autres insistent sur la complexité de l’affaire et la nécessité de s’en remettre à la clairvoyance des dirigeants. Cette propagande s’étend jusqu’aux Émirats tandis que les sybarites de la jeunesse dorée du Golfe ne cachent plus leur fascination pour Tel-Aviv et ses nuits, faute de pouvoir se rendre à Beyrouth jugée peu accueillante.

En signant le traité de paix israélo-égyptien (1979), le président égyptien Anouar Al-Sadate pensait que son peuple lui saurait gré d’avoir récupéré le Sinaï conquis par les Israéliens en 1967. Il paya de sa vie le passage par pertes et profits du sort des Palestiniens en signant une paix séparée avec Tel-Avi v. L’avenir dira les conséquences de l’abandon de Gaza par des dirigeants arabes qui semblent pressés de passer à autre chose. Sauf si un massacre à grande échelle à Rafah les oblige à agir enfin.

(1) Tewfik Aclimandos, « De l’armée égyptienne. Éléments d’interprétation du “grand récit” d’un acteur-clé du paysage national », Revue Tiers Monde, n° 222, Paris, 2015.

(2) Lire Éva Thiébaud, « Vertige guerrier aux Émirats arabes unis », Le Monde diplomatique, mars 2021.

(3) Erin Doherty et Dave Lawler, « Kushner calls MBS “visionary leader” who has made the world better », 13 février 2024, www.axios.com

ITUT DU MONDE ARABE

INST

-

IF HAWA F

© COLLECT

SOMMAIRE

Page 2 :

Barbara à Gaza, par Serge Halimi. – Courrier des lecteurs. – Coupures de presse.

Page 3 :

Des « sages » qui se tiennent sages, par lauréline Fontaine.

PageS 4 et 5 :

Espoirs et misère de la critique des médias en Allemagne, par Fabian ScHeidler. – La disparition d’une école contestataire (F. S.).

Page 6 :

Une Ukraine de plus en plus homogène, par corentin léotard.

Page 7 :

Moscou est-il le vassal de Pékin ?, par arnaud dubien.

PageS 8 et 9 :

Ce que veut la Chine, suite de l’ar ticle de Renaud LambeRt.

Page 10 :

Daech redéploie sa toile, par Jean micHel morel.

Page 11 :

Les houthistes défient Washington, par triStan coloma.

PageS 12 et 13 :

Soudan, de la transition à la dislocation, par gérard Prunier. – L’arc des tensions africaines s’étend au Sénégal, par anne-cécile robert.

PageS 14 et 15 :

Au fond du trou, par Serge QuadruPPani.

PageS 16 et 17 :

Comment l’extrême droite laboure la campagne, suite de l’ar ticle de PhiLiPPe baqué.

Page 18 :

Éviter l’autoritarisme climatique, par Fabienne bar ataud, LauRent husson et stéPhanie maRiette.

Page 19 :

Une justice au service des mutinationales, par Vincent arPoulet et meriem laribi.

Mars 2024

PageS 20 et 21 :

Au temps où la démocratie américaine organisait le terrorisme racial, par loïc WacQuant.

Page 22 :

Quand Israël sacrifiait un héros, par Sonia combe.

Page 23 :

Laisser le temps défaire, par nicolaS VieilleScazeS.

PageS 24 à 26 :

LES LIVRES DU MOIS : « Hêtre pourpre », de Kim de l’Horizon, par Pierre Deshusses. – « Zamir », de Hakan Günday, par Hubert artuS. – Une mer et ses guerres, par Jean-arnau lt dérenS. – Montréal dans ses marges, par Jean-PHiliPPe roSSignol. – Le soleil des révoltés, par arnaud de montJoye. – Et Sartre définit le génocide, par S. H. – Établir et appliquer la loi, par baPtiSte dericQuebourg. – Dans les revues.

Page 27 :

Le legs des Manouchian, par côme leymarie.

www.monde-diplomatique.fr

Le Monde diplomatique du mois de février 2024

a été tiré à 192 566 exemplaires.

My Bookmarks


Skip to main content